Jeux Olympiques de Pyeongchang : le malware saboteur

Alors que le monde entier était fiévreux à l’idée de vivre ou de suivre les Jeux Olympiques de Pyeongchang, un malware saboteur s’est joint à la fête. Celui-ci a bloqué les réseaux informatiques de l’organisateur peu avant l’ouverture des Jeux. On peut comprendre sans peine combien ce malware saboteur a mis pas mal de gens dans des situations inconfortables, avec la malheureuse perspective d’un impact négatif sur la Corée du Sud et sur les Jeux. Les administrateurs systèmes étaient dans tous leurs états pour essayer de résoudre le problème tout en essayant de comprendre l’origine des pannes, pour éviter une récidive.

Dégâts causés par le malware saboteur

Avant que ne débutent les Jeux Olympiques de Pyeongchang, un malware saboteur a frappé. Des serveurs et des systèmes d’affichage, indispensables sinon incontournables dans ce genre d’événements sportifs, ne fonctionnaient plus. Par ailleurs, le site Web officiel a subi un bug important, empêchant l’impression des billets de certains assistants. On peut imaginer le chaos que ce malware saboteur a dû provoquer, la frustration et même la colère de beaucoup. Du côté des journalistes, la situation n’était pas mieux car les réseaux Wi-Fi étaient en panne, ce qui est un handicap de taille dans l’accomplissement de leurs tâches.

Quel est ce malware saboteur ?

Il était évident que tous ces problèmes n’étaient pas de simples coïncidences. Il y avait réellement un malware saboteur qui en était responsable. Ce sont les experts en sécurité de Cisco Talos qui ont réussi à identifier ce malware saboteur qu’ils ont nommé  »Olympic Destroyer ». Ce malware saboteur avait comme objectif d’effacer toutes les données stockées par la technologie Shadow Copy de Microsoft, de voler les mots de passe des navigateurs et des systèmes et d’effacer des fichiers et des programmes de sauvegarde de données.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*